April 11, 2018

March 18, 2018

March 18, 2018

March 3, 2018

March 3, 2018

November 21, 2017

November 21, 2017

Please reload

Posts Récents

Re...Naissance

April 11, 2018

1/4
Please reload

Posts à l'affiche

Le vol de l’aigle / La liberté, le fortuit, l’autonomie et la grâce

October 11, 2017

 

 Assis devant la chapelle au-dessus du lac Ruhondo, j’observais le vol des aigles. J’étais distrait par la magnificence de ces larges ailes déployées au vent, capables de tenir l’oiseau en suspension dans le courant.

 

Les religieux chantaient l’office pendant que ma distraction m’emmenait dans une méditation sur cet étonnant phénomène.

 

L’aigle ne peut décider le sens ni l’intensité du courant, il s’impose de façon aléatoire. Et pourtant, malgré les bourrasques, il semble aller où il veut. Plus je l’observais, plus je comprenais qu’il jouait subtilement avec le vent. S’il veut prendre de la vitesse, il doit d’abord se laisser aller, se laisser emporter par le courant thermique. Durant cette phase c’est le vent qui semble mener la danse. Une fois la vitesse prise, grâce à son élan, l’aigle va orienter sa trajectoire et piquer sur sa cible. Plus l’oiseau épouse la nature du vent, plus il devient aigle et plane à sa guise. La danse continue, harmonie subtile dans laquelle se marient les forces du vent et celle du rapace.

 

Dans notre vie, il me semble que nous sommes bien loin de l’agilité de l’aigle. Nous cherchons notre trajectoire, mais nous pensons rarement à épouser les éléments de la nature qui s’imposent. Nous les voyons plutôt comme des obstacles contrariant. Nous buttons, focalisés sur notre but sans ouverture à la totalité de ce qui nous entoure et de ce qui nous fait. Dans ce paradoxe se trouve une belle clé : plus nous nous ouvrons à ce qui se cache sous nos frustrations, plus nous sommes capables d’accueillir la vie dans ce qu’elle est (par opposition à ce que nous projetons) plus nous devenons nous-même. Sans vent, l’aigle ne vole pas. Sans obstacle, notre créativité ne peut s’exprimer. Je dirais même plus, notre humanité est pleinement humaine lorsqu’elle s’inscrit dans cette recherche d’assomption de la nature. Pourquoi voyons-nous si souvent le conditionnement comme un obstacle ? Pourquoi voyons-nous les vents contraires comme des contraintes ?

 

Lorsque notre liberté s’affirme contre les obstacles elle détruit ce qui nous entoure. Le drame écologique actuel n’en est-il pas d’ailleurs un des symptômes ? Si l’aigle essayait de détruire le contre-courant il se détruirait lui-même. Toutes les solutions que nous trouvons pour satisfaire nos envies immédiates, sans toutefois tenir compte de la totalité du réel, ne nous réalisent pas pleinement. Nous restons piégés dans une liberté illusoire. Le mitonnage, le glyphosate, le dictat économique, le plastique, la spéculation boursière des produits alimentaires, les énergies fossiles,…, combien de ces solutions sont-elles durables ? Comment avons-nous choisi d’apprivoiser le vent ? Mais au-delà de ces grands sujets, je me questionne sur ma propre vie. Combien de fois je préfère mettre un paravent lorsqu’il souffle. La vie ne se présente jamais telle que je m’y projetais. Si souvent, je reste comme paralysé jusqu’à ce que je trouve une échappatoire ou une petite consolation affective. Il faut dire que dans ce domaine, la société de consommation est passée experte.

 

Et si le chaos du vent cachait un logos, un ordre ?

 

Le vent et l’aigle se sont bien trouvés et je les envie en les voyant jouer ensemble. Et si les contraintes de notre quotidien, la vie dans toutes ses dimensions cachaient sous l’apparence du hasard une Providence. Ce qui est sûr, c’est que le seul moyen pour Elle de déployer sa grâce réside dans l’ouverture de nos ailes. Plus nous sommes disposés à l’accueillir plus nous pouvons nous laisser transporter. Alors, tout est grâce ! Mais pas par fatalisme, mais bel et bien parce que se construit une possibilité de se réaliser pleinement dans cette harmonie subtile entre la grâce et ma nature. Et si la vraie liberté se trouvait là ? A la césure entre le pélagianisme et le calvinisme s’étaye une relation féconde entre le souffle de l’Esprit divin et l’émergence de ma liberté personnelle. Plus le vent me donne de l’élan, plus je peux choisir librement ma destinée.

 

Commencez à rédiger votre post ici. Vous pouvez insérer des photos et des vidéos en cliquant sur les icônes ci-dessus.

Share on Facebook
Share on Twitter
Please reload

Retrouvez-nous
Please reload

Rechercher par Tags
Please reload

Archives
  • Facebook Basic Square
  • Twitter Basic Square
  • Google+ Basic Square

Marie-Françoise et Damien Clerc

  • Rue de la Tannerie 5 / 1920 Martigny / Suisse

  • Foyer de Charité / Remera Ruhondo / B.P. 53 Ruhengeri-Musanze / Rwanda